Le vieil adage « ça va passer » ne correspond plus aux nombreuses solutions thérapeutiques que l'on peut offrir.

Les adolescents et certains adultes n'ont plus à subir les préjudices esthétiques de cette maladie. De la plus mineure à la plus grave, il y a des solutions.

Il ne s'agit pas bien sûr de traiter une gentille acné avec un médicament majeur mais de s'adapter à chaque situation. Il semble que nous puissions jeter aux paniers nos vieilles croyances concernant l'implication de la nourriture car l'acné semble essentiellement obéir à des causes hormonales et des susceptibilités familiales. Pour les femmes un bilan hormonal préalable peut être utile. A noter que la lumière du soleil améliore certains patients mais peut en péjorer d'autres. Prudence donc ...

Les diverses formes de lésions d'acné :

Tout d'abord la séborrhée est la condition préalable à la formation  d'acné. La peau a un toucher gras et un aspect huileux.

•  Le comédon, est une lésion que l'on appelle communément « point noir ».

• Le microkyste ou « point blanc » qui est une petite élevure blanche composée d'accumulation de sébum, de kératine et de colonies bactériennes. Ces lésions d'acné sont habituellement peu ou pas inflammatoires. La prise en charge se fait essentiellement par traitements topiques (lotions, crèmes) auxquels on peut associer une micro-dermabrasion.

•  Papules et pustules sont très souvent associées et plus ou moins rouges car elles sont le siège d'une inflammation d'intensité variable. C'est l'image classique de l'acné mêlant comédons, papules fermées et pustules (boutons à tête blanche).. Les possibilités de traitements sont multiples par traitements externes, microdermabrasion, peelings chimiques, lasers ou dans les cas plus importants, associés à des traitements internes à base d'antibiotiques ou de dérivés de la vitamine A.

• Le nodule est la lésion signalant la forme la plus sévère d'acné si la composante inflammatoire est très importante et forme de véritables nodules sous la peau. Habituellement, ces cas sont traités par voie interne d'abord, essentiellement par dérivés de la vitamine A.